Vous êtes ici : DYPACFRActualités

Journée du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux : Suivre le patrimoine à la trace

Journée du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux : Suivre le patrimoine à la trace le vendredi 29 mars (9h-17h), aux Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine.

le 29 mars 2019

le vendredi 29 mars 2019 de 9h à 17h
 Archives Nationales,  Salles des commissions 1 et 2 

59 rue Guynemer, 93383 Pierrefitte-sur-Seine

En rassemblant historiens, historiens de l'art, sociologues, anthropologues et conservateurs, nous nous demanderons comment "suivre la patrimoine à la trace", et, plus précisément, comment les sciences humaines et sociales,  en lien avec les sciences expérimentales, contribuent à l'identification, l'interprétation et la conservation des traces du passé inscrites dans les matériaux anciens et patrimoniaux.

 

L’axe transversal « Usages, réflexivité, archives » du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux a pour objectif de maintenir en évidence le caractère construit des objets patrimoniaux – qu’ils soient labellisés comme archives, œuvres d’art, pièces d’un patrimoine ethnographique ou naturel – et de rendre sensible non seulement leur caractère ancien mais aussi leur historicité. Il s’agit d’encourager systématiquement les porteurs de projets à prendre en compte cette dimension en s’intéressant aux différents stades du parcours de ces objets au cours des processus d’analyse, de qualification et de mise en collection. Les sciences du patrimoine sont en effet par définition réflexives, dans la mesure où elles travaillent à dénaturaliser des objets pour rendre raison de leur biographie, de leur fabrication, de leurs différents usages, statuts et modes de valorisation – patrimoniale, muséale, marchande – ainsi que des transformations successives qui y ont été associées. Interrogeant la manière dont s’opère la patrimonialisation de ces objets et dont celle-ci affecte la compréhension de leurs usages, les sciences du patrimoine ont également vocation à garantir la transmission informée du patrimoine constitué. La pérennité de la conservation de ces objets suppose donc des pratiques concomitantes d’archivage des données construites et utilisées pour les examiner et les qualifier. La réflexivité des sciences du patrimoine procède enfin des rapprochements disciplinaires inédits sur lesquels elles s’appuient – histoire, histoire de l’art, droit, archéologie, archéométrie, physique, chimie, sciences de la nature… – et c’est aussi cette interdisciplinarité en train de se faire que l’axe transversal du DIM a vocation à explorer et à valoriser.

La présente journée d’études s’inscrit dans cette ambition de réflexivité des sciences du patrimoine sur leurs objets et leurs pratiques. Dans ce travail qui articule des savoirs, des méthodes et des instruments issus de différentes disciplines, la notion de trace apparaît d’autant plus fondamentale qu’elle leur est commune. On la retrouve dans les discours et les pratiques des historiens de l’art, des experts, des archéologues, des physiciens, des chimistes, des paléontologues. Ce sont les traces matérielles dont les objets sont porteurs et/ou révélateurs qui orientent l’examen et l’analyse, dans les différentes étapes des processus d’authentification ou d’attribution des objets – œuvres d’art, vestige archéologique, fossile ou document d’archive. Elles ont vocation à être identifiées, caractérisées puis inscrites dans un ensemble de données disponibles et actualisables. C’est donc en travaillant cette notion, ses définitions et ses usages dans les sciences du patrimoine que nous proposons de réfléchir aux enjeux d’une approche réflexive des projets menés dans ce cadre


Pour plus d'informations et pour le programme vous pouvez consulter le site de la manifestation https://trace-pat.sciencesconf.org/

Informations complémentaires
L'entrée est libre en fonction des places disponibles et l'inscription en ligne obligatoire sur le site de la journée d'études https://trace-pat.sciencesconf.org/